Conférence: choisir son sexe au XXI ème siècle

Commentaires Bx II

Une conférence sur le thème «  choisir son sexe au XXIème siècle » a été programmée à l'Université Victor Segalen de Bordeaux, le samedi 21 septembre 2013.
Les principaux intervenants étaient Romain Wegert ( chirurgien), Eric Macé ( sociologue) et François Ansermet ( psychanaliste).

Le thème choisi pouvait être perçu comme un titre accrocheur pour solliciter notre intérêt mais je ne sais pas si cet objectif a été atteint car je n'ai assisté qu'à la 2ème partie de cette conférence.
Je ne ferai donc pas de compte-rendu mais plutôt des commentaires, d'abord sur le thème, ensuite sur le déroulement de la 2ème partie.

COMMENTAIRES CONCERNANT LE THEME :

Tout d'abord, la notion de « choix » avec le fantasme que l'on pourrait choisir le sexe de son enfant lorsqu'on est parent et par amalgame choisir le sien lorsqu'on est adulte!
Par rapport à l'approche transidentitaire, s'opposent toujours les notions de liberté de choix ou d'identité subie.
Historiquement,, on se situe plutôt dans un conflit interne entre le sexe assigné à la naissance et le ressenti « déclaré » à un moment de sa vie par la personne trans. C'est un « non choix » qui est exprimé et qui permet, pour l'instant, la prise en charge médicale de certains soins.
Sous peine de se mettre en danger s'ils ne la réalisent pas, les sujets trans effectuent une « transition ».
Dire qu'ils changent de sexe à cette occasion nécessite également quelques explications car la notion de « sexe » englobe plusieurs conceptions. De plus, elle repose sur le postulat que la somme des naissances ( masculin +féminin = 100%), ce qui est faux car une faible proportion ( entre 1 et 2% naissent avec une impossibilité de catégoriser), ce sont les intersexes.
D'autre part, la notion de sexe peut être utilisée dans plusieurs plusieurs critères ( biologiques, sciences sociales, juridiques)
sexe morphologique, sexe externe, sexe apparent ( pénis, vagin). C'est celui qui sert de référence pour définir le sexe juridique.
Sexe juridique ou sexe d'état civil est celui qui définit la civilité Monsieur ou Madame.
Sexe interne, sexe qui permet la reproduction ( prostate, testicules ou utérus, ovules)
sexe hormonal plutôt testostérone pour les mâles et plutôt œstrogènes et progestérones pour les femelles. On peut rencontrer des fonctionnements atypiques par exemple une femme avec un utérus et des ovules peut être porteuse d'une ou deux testicules internes, d'où production de plus de testostérone. On peut rencontrer des cas divergents avec des catégories hommes ( prostate, pénis, testicules) qui développent une résistance totale ou partielle aux androgènes. Ces personnes ne développent pas les caractères sexuels secondaires liés à leur définition intiale.
Sexe cariotypique. Longtemps, on a cru qu'il n'existait qu'XX ou XY alors qu'il y a de multiples combinaisons possibles, XXY etc...
sexe psychologique ou sexe ressenti qui perturbe toutes les autres données.
Sexe social, celui par lequel on est perçu par la société.

Dire qu'on change de sexe lorsqu'on fait une transition n'est que partiellement vrai car on peut modifier certaines caractéristiques mais pas l'ensemble des caractéristiques liées au sexe.
On peut modifier le sexe hormonal, le sexe social, le sexe morphologique ( plus facile pour les MTF) et le sexe juridique.
On ne peut pas modifier ni le sexe cariotypique ni le sexe interne ( on peut seulement en réaliser l'ablation).
Le sexe psychologique n'est pas modifiable malgré des tentatives réalisées autrefois qui aboutissaient souvent à la mort des sujets ( thérapie psy, neuroleptiques, électrochocs, lobotomie).
Au niveau du genre, si celui-ci est réduit aux genres binaires ( masculin-féminin), la personne trans dispose d'une palette d'expression et il peut modifier son genre. En revanche, il ne peut pas agir sur la perception de son genre par les autres.
La notion de genre renvoie aussi à des comportements plus globaux.

COMMENTAIRES CONCERNANT LA CONFERENCE:

Je n'ai pas assisté à la 1ère partie mais je me suis inspirée des notes prises par Aurélie pour rédiger ces commentaires.
Lorsque je suis arrivée, la plupart des interrogations concernaient la chirurgie et c'était Romain Weigert qui donnait des réponses. Il a bien précisé que les opérations de réassignation sexuelle ne concernaient qu'une minorité parmi les personnes transidentitaires.
François Ansermet a centré son intervention sur les intersexes, public sur lequel il intervient dans son cadre professionnel.
Les intervenants ont abordé le « puberty freezing » qui est une démarche consistant à geler les impacts hormonaux au moment de l'adolescence pour ne pas développer les caractères sexuels secondaires. A la fin de sa puberté, l'adolescent n'est pas engagé encore dans une démarche irréversible et il conserve la possibilité de choisir ou non.
Eric Macé, sociologue à Bordeaux a une bonne connaissance de la transidentité et pose un regard critique sur la démarche des équipes hospitalières actuelles en France regroupées au sein de la SOFECT. Il pense que l'approche n'a pas beaucoup évolué et qu'elle se situe toujours conformément aux théories de Stoller développées il y a quelques dizaines d'années.
A part ces 3 intervenants, il y avait d'autres personnes mais je pense qu'elles n'ont pas montré une connaissance suffisamment approfondie de la question trans.
J'ai même trouvé certaines interventions transphobes et j'ai été choquée qu'on reste au niveau de l'anecdotique pour faire rire l'assemblée en parlant de personne châtrée ou castrée et qu'on genre les personnes dans leur genre de naissance.
Il y avait tellement de commentaires à faire que lorsqu'ils ont fait circulé un micro dans l'amphithéatre, j'ai critiqué le casting de la conférence qui n'avait pas fait appel à aucune personne trans susceptible d'apporter un témoignage réelle d'une personne ayant ou vivant une transition. On est quand même « experte » en ce domaine.
Au moment de la pause, on m'a demandé si je voulais bien venir avec les autres conférenciers, ce que j'ai accepté, volontiers, mais je n'ai pas eu le loisir de pouvoir m'exprimer car le timing était serré.
J'ai juste fait quelques commentaires sur le sexe et le genre, susceptibles de donner des réponses à la phrase « changer de sexe ».

JEANNE SWIDZINSKI

Posted in Actualités.